Mon métier : Qu'est ce que l'Ostéopathie

" La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution. Sa philosophie englobe le concept de l’unité de la structure de l’organisme vivant et de ses fonctions.

Sa spécificité consiste à utiliser un mode thérapeutique qui vise à réharmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques.” Convention Européenne d’ostéopathie, 1987

L'ostéopathie est une méthode thérapeutique manuelle

qui a pour objectif de traiter les restrictions de mobilité pouvant affecter l’ensemble des structures  composant le corps humain. Le corps étant une structure vivante, toute perte de mobilité d’un de ses constituants s’accompagne de compensations qui s’organisent afin que l’ensemble du corps ne soit atteint par cette restriction. Le but de l'ostéopathe est d’identifier les pertes de mobilité et d’identifier lesquelles sont à l’origine des compensations ressenties comme douloureuses par les patients. Alors le traitement ostéopathique peut débuter en se focalisant sur l’origine du trouble et non sur le symptôme afin que les effets du traitement soient optimaux et s’inscrivent dans la durée.

Contrairement à certaines idées reçues, l'ostéopathe ne fait pas que "craquer". Il existe une multitude de techniques thérapeutiques dont la plupart sont douces. Il existe une véritable nécessité d'adaptation du traitement, à la fois vis à vis de la dysfonction diagnostiquée mais surtout vis à vis du patient. Ainsi, l'ostéopathie joue un rôle préventif et curatif à tout âge de la vie : nourrisson, enfant, adulte, femme enceinte, sportif, personnes âgées... Elle permet de restaurer l'état de bien être physique, mental et social en complémentarité de la médecine traditionnelle.

L’ostéopathie n’est pas une médecine récente. Depuis des siècles les Hommes se soignent par les mains. Cependant, c’est en 1874 qu’Andrew Taylor Still fonde cette méthode thérapeutique en s’appuyant sur des connaissances médicales et anatomiques précises. Il établit alors 4 principes fondamentaux autours desquels l’ostéopathie s’organise. Par la suite, l’ostéopathie ne cessa de se développer grâce aux avancées en anatomie, physiologie, biologie, neurologie, biomécanique, sémiologie médicale.

Les 4 principes fondamentaux de l’ostéopathie :

1. Globalité du corps

Celui-ci est probablement le plus essentiel concernant l’ostéopathie. Le corps est un tout, rien ne peut être cloisonné : chaque structure possède des liens avec son environnement par l’intermédiaire de muscles, ligaments, aponévroses, etc.… Cependant la globalité du corps ne se limite pas à une vision anatomique de celui-ci : la psychologie intervient également tout comme l’hygiène de vie et les attitudes du quotidien. C’est ainsi que l’on peut comprendre pourquoi toute perte de mobilité d’un des éléments du corps humain a des conséquences même à distance et que parfois la localisation de la douleur n’est pas forcément d’où elle tire son origine. La douleur n’est qu’un signal d’alarme traduisant un déséquilibre résultant d’une perturbation de l’homéostasie (capacité des organismes vivants à maintenir une stabilité dans les échanges physiologiques).

2. Relation Structure/Fonction

Chaque élément du corps humain possède une structure qui va régir sa fonction. Par exemple, la main et le poignet possède de nombreuses articulations qui permettent au pouce d’être opposable à chaque doigt. Ainsi la structure (nombre et orientation des articulations) gouverne la fonction (opposabilité du pouce). Ainsi si la structure est modifiée (fractures, entorses, perte de mobilité…) la fonction de l’organe n’est plus assurée.

3. Capacité d’autoguérison des tissus

Le corps humain est doté d’autoguérison ce qui permet sa survie. Celle-ci s’exerce par bien des moyens : inflammation, processus de cicatrisation, d’adaptation et de défense. Le rôle de l’ostéopathe est d’aider le corps à guérir ou à récupérer sa fonction par lui-même : il devient donc un médiateur de l’autoguérison. En rééquilibrant le corps et en redonnant de la mobilité, la vascularisation et l’innervation redeviennent optimales et le corps peut alors retrouver pleinement cette capacité.

4. Role de l’artère absolu

La vascularisation des tissus leur apporte les nutriments et l’oxygène nécessaires à leur fonctionnement. Toute perturbation sur le trajet d’une artère modifie la pression dans celle-ci et donc perturbe l’irrigation des tissus. Ce principe complète ainsi le précédant.

Cabinet d'Osteopathie de Nicolas Rothschild - 14 rue de l'odéon, 75006 Paris - 07-60-51-22-02
Copyright 2011 - osteo-paris6.com